De Paris à Broadway, nous avons vu pour vous : Hairspray

Critique : “Hairspray” au Palais des Beaux-Arts de Charleroi

Paul Regnier

 

Le Palais des Beaux-Arts de Charleroi a accueilli, la production Belge de Hairspray du 16 au 18 décembre 2011 (le Musical s’est rejoué au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles du 6 au 8 Janvier 2012).

Le musical de 2002, adapté du plus sage film de John Waters quatorze ans plus tôt, a été signé Scott Wittman (paroles) et Marc Shaiman (musique) avec un livret de Mark O’Donnell et Thomas Meehan. En 2007, un second film (tiré du Musical cette fois-ci) avait permis de confirmer son succès avec John Travolta, Zac Efron et Michel Pfeiffer.

 

C’est vrai qu’à la base, les adaptations scéniques de comédies musicales en Belgique (à part Tintin et Les Temple du Soleil et Jesus Christ Superstar) ne m’ont pas franchement convaincu. Je n’ai pas nécessairement apprécié la version scénique parisienne de Hairspray avec le formidable, l’excellentissime Frank Vincent (qui sortait du lot avec Penny). La version parisienne à donné, à mon sens, une retranscription correcte mais qui manque cruellement de rythme et d’émotion en comparaison avec la version scénique de Broadway que j’avais vu en vidéo. Et justement, c’est ce qui m’a permis d’aller voir la version belge d’Hairspray avec un a priori plutôt négatif…

Hairspray

L’histoire est assez simple : dans un contexte de ségrégation raciale envers les Noirs, un show télévisé musical très prisé fait l’apologie des jeunes gens blancs aux critères physiques impeccables. Mais Tracy, une jeune fille obèse va bouleverser ce schéma en intégrant le show et en se faisant l’apôtre du mélange entre Blancs et Noirs.  

Hairspray

Denis Mignien incarne une formidable Edna. Touchant et comique dans son rôle de mère rondouillarde agoraphobe, d’ailleurs, le numéro “You’re Timeless to Me” en duo avec Guy Ribant, est certainement l’un des moments les plus réussi du spectacle (ce tango avec une chaise à roulettes est intelligemment bien trouvé). Julie Compagnon en Penny a une voix remarquable. Nicolas Mispelaere joue un très bon Corny Collins (un peu crooner et un peu arriviste). Aurélie Castin incarne une Amber méchante et stupide à souhait. Mais, l’Artiste qui m’a scotché, est Alexia Waku qui interprète une Maybelle vocalement INCROYABLE… Un énorme coup de coeur, je suis fan !

Hairspray

Enfin, Le rôle principal de Tracy Turnblad a été confié à la jeune Bruxelloise Ambre Grouwels… La jeune chanteuse au charisme solaire est plus que convaincante. Adrien Binon, qui interprète Link Larkin, l’idole des jeunes est constamment dans le “paraître”. Seule ombre au tableau , Patricia Van Acker qui joue le rôle de Velma Von Tussle (la programmatrice du Corny Collins Show) manque de charisme et de puissance vocale pour le rôle, dommage parce qu’elle a ce petit côté Michelle Pfeiffer dans le physique !

Hairspray

Alors, ça donne quoi : un spectacle détonnant avec un premier Acte un peu lent (Les Artistes cherchent leurs marques, normal, c’était la Première !)… mais, un second Acte parfaitement rythmé, avec une mise en scène et des comédiens admirables .

Hairspray propose une grande palette musicale des Sixties avec du Rockabilly, de la Motown et de la soul music. On pourra toujours critiquer la morale un tantinet kitschounette du Musical, que l’ambiance 60’s n’arrange d’ailleurs pas franchement, mais ce n’est pas l’essentiel. Les chansons sont super agréables et variées, et la plupart des comédiens s’avèrent être d’excellents chanteurs et danseurs (superbes chorégraphies d’Angela Gonzalez Sanchez). On rit du début à la fin, c’est vraiment un spectacle que je qualifierai de “rafraichissant”.

Le succès d’Hairspray semble acquis, est-ce suffisant pour convaincre la production d’organiser une tournée en Wallonie ?

Hairspray fut une très bonne suprise !… Vive Ars Lyrica

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire