Connexion special ” IA MUSIQUE “ce dimanche 03/03 à 13h…ou quand l’intelligence artificielle compose.

l’IA musique vous ne connaissez pas, et bien  nous non plus on ne connaissait pas et pour en savoir plus, la programmation de cette spéciale IA vous fera écouter quelques titres tirés d’ Hello World  qui est le premier album musical composé avec une intelligence artificielle, par le musicien et producteur français SKYGGE a.k.a Benoit Carré, qui s’est entouré d’artistes francophones et internationaux (dont ).  Il y aura également des titres remixés plus recemment sortis

Ce n’est pas la première fois qu’une intelligence artificielle s’invite dans un projet musical.

En 1958, l’IA a été utilisée pour composer l’Illiac suite à partir des chorales de Bach. Depuis, la technologie IA a évidemment fait d’immenses progrès avec la machine learning et les réseaux de neurones, entre autres.

Flow-Machines

En 2018, l’IA Flow-Machines a été utilisée pour composer “Hello World”, tout premier album du genre. Il s’agit d’une combinaison d’outils très puissants et sophistiqués utilisant diverses technologies permettant la génération de nouvelles partitions et la génération de contenu audio.

Lors d’une session de composition avec Flow-Machines, le musicien nourrit l’IA avec ses propres influences comme par exemple un ensemble de partitions, qui serviront de matériel d’inspiration pour la génération d’une nouvelle partition. Libre à lui de corriger ou d’ajuster cette proposition de la machine, de générer à nouveau tout ou partie de cette partition jusqu’à ce qu’il soit convaincu d’avoir un très bon morceau.

D’autre part, Flow-Machines peut adapter n’importe quelle piste audio d’accompagnement enregistrée et analysée par son système, à n’importe quelle partition générée ou existante. Le musicien peut tester un nombre infini de possibilités en jouant avec l’audio de Flow-Machines et avoir une idée très rapide de ce que peut devenir son morceau.

L’Histoire de l’album Hello World

Tout commence en 2012 par le projet scientifique Flow-Machines project, mené par François Pachet et son équipe de chercheurs avec pour objectif de modéliser et reproduire un style musical. Des résultats probants sont obtenus et un prototype est mis à disposition de quelques musiciens attirés par le potentiel considérable de cette avancée technologique. L’un d’eux, SKYGGE a.k.a. Benoit Carré, co-compose avec l’IA Daddy’s car, conçu comme un exercice de style à partir d’un corpus des Beatles. Suit rapidement un autre titre, Ballad of The Shadow, conçu à partir de 450 partitions de standards de jazz américain.

SKYGGE ouvre alors les portes du studio Flow-Machines à d’autres artistes qui expérimentent l’étrange outil pour aboutir à un véritable projet de musique à part entière : Hello World.

Quinze titres composent cet album emblématique d’un nouveau type de collaboration entre des artistes, producteurs, ingénieurs du son et une intelligence artificielle. Le titre Hello World, est un clin d’œil à la phrase que les programmateurs entrent dans un nouveau programme informatique.

Artistes

Cet album a été dirigé et conçu par SKYGGE a.k.a. Benoit Carré, compositeur et producteur français qui a invité d’autres musiciens à partager et enrichir cette expérience :

Virgille Allien, Alys, Joseph André, Cyril Baleton, Laurent Bardainne, Camille Bertault, Florianne Bonani, Lionel Capouillez, Catastrophe, Raphaël Chassin, Médéric Collignon, C Duncan, Fred Decès, Christian Dessart, Freddy Garcia, Renaud Gieu, Mariama Jalloh, JATA, Kiesza, Kyrie Kristmanson, Jérôme Lavaud, Michael Lovett, Gilles Martin, Ana Millet, Rachid Mir, Napkey, Adrien Pallot, Jérémy Pasquier, The Pirouettes, Marie-Jeanne Serrero, Stromae, The Bionix, Twenty9, Ash Workman, Sarah Yu Zeebroek.

Un grand merci aux musiciens qui ont soutenu et participé au projet Flow-Machines :

ALB, Barbara Carlotti, Black Devil Disco Club, Busy P, Dominique Dalcan, King Doudou, Fady Farah, Jack Flaag, Arnaud Fleurent-Didier, Forever Pavot, Lozange, House de Racket, Krampf, Kumisolo, Lescop, Naïve New Beaters, Dôn Nodey, Ô, Arthur Philippot, Michael Ponton. 

Recherches

Le programme de recherches de Flow Machines a été mené au Sony Computer Science Laboratory de Paris et à l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC), sous la direction de François Pachet. Il a été financé par le Conseil européen de la recherche dans le cadre du 7ème programme-cadre de l’UE (FP / 2007-2013) / Accord de subvention ERC Nº 291156.

Équipe

Les personnes suivantes ont contribué à la recherche et au développement de Flow-Machines :

Pierre Roy, Alexandre Papadopoulos, Jason Sakellariou (score generation); Mathieu Ramona et Marco Marchini (audio synthesis); Vincent Degroote, Timothée Neullas, Daniel Martín (database architecture); Fiammetta Ghedini (dissemination).

Merci également à :

Bernard Allien, Gilad Atzmon, Julie Bednarek, Antoine Benacin, Jean-Philippe Benoit, Pierre Brechet, Alf Briat, Jean-Pierre Briot, Amanda Butler, Giordano Cabral, Jérémie Charbonnel, Bruno Crolot, Jules Espiau de Lamaëstre, Mirko Degli Esposti, Stéphane Durand, Guillaume Fouqué, Olivier Gal, Jan Ghazy, Guy & Claire, Jean-Marie Guilloux, Thierry Guedj, Alex Heyoka, Will Hope, Ray and Mark d’Inverno, Tristan Jehan, Ed Jones, Hiroaki Kitano, Christophe Lameignère, Freddy Lamotte, Stéphane Le Tavernier, Marc Lumbroso, Jessi Lumbroso, Katy Masuga, Charlotte Nansot, Tetsu Natsume, Guillaume Perez, Maxime Perron, Dylan Petit, Godefroy Pizon, Yiannis Plastiras, Julie Politi, Geber Ramalho, Jean-Charles Régin, Stéphane Rivaud, Nadini Sathiyarajan, Alain Sierro, Thom Skarzynski, Oskar Stahl, Luc Steels, Jeff Suzda, Mario Tokoro, Aurélien Trigot, Michael Turbot, Paco Weiser.

Artwork

 Photo (cover): Jonathan Chu

Photos: Jean-François Robert

Layout: Julie Politi

Mastering: Adrien Pallot (Chabmastering studios)

 

Source : https://bigwax.fr/fr/flow-records/music/hello-world

Vous aimerez peut-être:

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire