De Paris à Broadway : Irma La Douce…

Le  3 Mars et le  5 Mars 2013

Irma la Douce est une  française en deux actes d’Alexandre Breffort, de , créée à Paris le 12 novembre 1956 au  Gramont. Adaptée en anglais, elle a connu un très grand succès à partir de 1958 à  dans une mise en scène de  puis à Broadway. Elle fut adaptée en 1963 au par Billy Wilder, sous forme de film non musical avec Jack Lemmon et .

À l’origine d’Irma la douce, il y a eu une courte pièce d’Alexandre Breffort, Les Harengs terribles. Mise en musique par Marguerite Monnot, cette comédie raconte l’histoire d’un étudiant en droit fauché, le Fripé, qui tombe d’une prostituée, Irma la Douce, et devient son protecteur. Jaloux de ses clients, il se déguise en Oscar, vieil homme riche qui rend visite à Irma et la paie pour sa conversation, devenant son unique client. Mais Nestor se fatigue à travailler énormément pour entretenir son double, et il décide de « tuer » son alter ego. Quand le vieil homme disparaît, il est inculpé du meurtre et condamné au bagne. Il parvient à s’échapper et finit par prouver son innocence en faisant réapparaître le vieil homme. Les deux se retrouvent et adoptent deux jumeaux, Nestor et Oscar.

Jouée au Lyric Theatre de West End, à Londres, à partir 17 juillet 1958 dans une mise en scène de Peter Brook, Irma la douce fut également un énorme succès, grâce au nouveau livret concocté par Julian More, David Heneker et Monty Norman. La version anglaise reprenait en effet des expressions familières françaises et des mots d’ parisien de l’époque, nourrissant quelques constructions franglaises osées comme « Le Grisbi is le Root of le Evil in Man ». L’expression « Dis donc » revenait régulièrement dans la bouche des acteurs. Un narrateur guidait le public pour faciliter la compréhension.

visuel

 

Vous aimerez peut-être:

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire