Classiques du mardi : The jazz singer (1927)

Le 15 janvier 2013,  à 12 heures et 20 heures à la de Namur

jazzTHE /LE

États-Unis, 1927 / de Alan Crosland / avec , McAvoy, / vo / 88’/ Noir &blanc

Dans l’, certains ont un statut particulier, sinon pour leurs qualités
artistiques, du moins pour le rôle qu’ils ont joué dans l’évolution du . Le Chanteur de jazz est de ceux-là. Distribué en 1927 par la , ce film d’Alan Crosland interprété par Al Jolson, un des chanteurs de variétés les plus connus de son temps est unanimement considéré comme le premier long métrage parlant. On n’y trouve
pourtant que quelques séquences musicales, encadrées par de rares dialogues. Mais la présence du son entraîna des changements radicaux et révolutionna Hollywood comme peu de films auparavant. Étape décisive vers un nouveau type de et un nouveau type de divertissement, Le Chanteur de jazz n’est pas uniquement le premier parlant de l’histoire. Comme l’avance le célèbre analyste politique , il peut être considéré comme un exemple typique de la transformation des Juifs dans la société américaine : assimilation ethnique dans l’Amérique blanche, conversion religieuse à un dogme spirituel moins strict et participation commerciale dans l’industrie du américain au moment de l’arrivée du son.

      9 classique - the jazz singer

Ce film sera précédé d’un court métrage :

TROMBONE EN COULISSE
Belgique, 1988 / de Hubert Toint / Fiction / 13’

Dans un pays imaginaire, l’Orchestre des Trombones de la Cour représente l’élite…

Vous aimerez peut-être:

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire